Pourquoi vous devriez essayer une période sans plastique – SANNA Conscious Concept

Pourquoi vous devriez essayer une période sans plastique

Alors que le monde prend conscience de l’impact de la pollution plastique causée par les bouteilles et les emballages à usage unique, un autre problème, potentiellement plus grave, se cache autour de nos côtes. Il s’agit de la pollution plastique due aux produits hygiéniques.

Il est extrêmement important de connaître et de comprendre la santé menstruelle afin de prendre soin de son corps (et de la planète) ! Oui, les règles et l’environnement sont liés, même si beaucoup ne le réalisent pas. L’utilisation de plastique pendant nos règles peut être nocive pour notre corps et pour l’écosystème. Dans cette archive, nous allons mettre en évidence trois raisons principales pour lesquelles nous devrions tous nous orienter vers des règles sans plastique.

Twitter @NaughtyDOG2

  1. RÉDUCTION DES DÉCHETS

Les serviettes hygiéniques, le produit menstruel le plus répandu dans le monde, peuvent dans certains cas être composées d’environ 90 % de plastique – contenant autant que quatre sacs de supermarché. Les tampons sont principalement constitués de coton et de rayonne, mais certains composants sont en polyester. Beaucoup sont emballés individuellement avec des applicateurs en plastique. On estime qu’une femme moyenne utilise et jette plus de 10 000 produits pour ses règles au cours de sa vie menstruelle.

Une fois jetés à la poubelle, les produits menstruels prennent le chemin de la décharge où ils mettront 500 ans à se dégrader. Ce temps d’attente n’étant pas réaliste, ils seront inévitablement incinérés ou enfouis. Pour rappel, l’incinération et la mise en décharge sont deux modes de traitement des déchets qui sont sources de pollution atmosphérique, de pollution des sols et d’émissions de gaz à effet de serre. Les tampons et serviettes hygiéniques ne sont pas recyclables et représentent 13% des déchets ménagers résiduels.

  1. L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Chaque année, plus de 12 milliards de produits menstruels jetables sont jetés dans le monde. Ceux qui ne sont pas jetés directement à la poubelle sont jetés dans les toilettes, bloquant les égouts et créant un trop-plein qui s’échappe dans les rivières et les mers. Lorsque cela se produit, comme ces produits sont fabriqués en plastique, ils ne se désintègrent pas et peuvent boucher les canalisations et causer des dégâts. Comme si cela ne suffisait pas, les déchets entrent en contact avec la vie marine… et nous savons pertinemment que les océans et les plastiques ne font pas bon ménage. Les microparticules de plastique et autres substances chimiques n’étant pas toutes traitées par les stations d’épuration, elles peuvent polluer durablement les sols et les rivières et nuire à la biodiversité. 

La chasse d’eau a fait des produits hygiéniques le cinquième article le plus couramment trouvé sur les plages, plus que les tasses à café, les couverts ou les pailles à usage unique. Mais la chasse d’eau n’est pas le seul problème ; les produits périodiques jetables s’accumulent également dans les décharges. Et si l’on considère la situation dans son ensemble, le plastique est fabriqué à partir de combustibles fossiles. Le plastique des règles contribue donc à la crise climatique au même titre que tous les autres plastiques à usage unique.

  1. PRODUITS CHIMIQUES TOXIQUES

Combien de femmes savent que leurs tampons et serviettes peuvent contenir du plastique ? Contrairement aux produits alimentaires, il n’existe aucune obligation légale d’énumérer les ingrédients sur leur emballage, bien que la plupart de ces informations soient disponibles en ligne. De nombreux produits contiennent des résidus de pesticides, des parfums et des plastifiants. Tous ces produits chimiques sont connus pour perturber le système endocrinien, qui joue un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur, de la croissance, du développement et de la reproduction. Par conséquent, l’utilisation de ces produits peut être nocive à proximité d’une zone très absorbante de notre corps. Voici un aperçu de ces additifs nocifs :

RÉSIDUS DE PESTICIDES

Les résidus de pesticides proviennent du coton non biologique (et d’autres plantes non biologiques), où des produits chimiques sont pulvérisés sur les cultures pour tuer toute créature susceptible de gêner l’agriculture. Ces produits chimiques peuvent être nocifs pour notre organisme et peuvent être absorbés par la peau. Vous pouvez en savoir plus sur les effets nocifs de la culture du coton dans notre Guide d’entretien des tissus en coton

PLASTICIERS

Les plastifiants sont des matériaux qui sont ajoutés à d’autres matériaux pour les rendre plus souples et flexibles. Le bisphénol A (BPA), les parabènes et les phtalates sont des plastifiants courants qui sont connus pour imiter les hormones, en particulier les œstrogènes. Un paquet de serviettes hygiéniques contenant la même quantité de plastique que cinq sacs de caisse et un tampon contenant 6 % de plastique, cela fait beaucoup de plastifiants utilisés à proximité ou à l’intérieur de notre corps.

FRAGRANCES

Les fragrances sont des parfums ajoutés aux produits périodiques pour qu’ils “sentent bon”, mais elles ont souvent l’effet inverse. Les parfums chimiques peuvent interférer avec l’équilibre du pH dans le vagin, ainsi qu’avec l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries qui aident le vagin à rester propre. Cela peut entraîner des irritations et des infections, qui à leur tour peuvent produire davantage d’odeurs ! Souvent, l’odeur que nous associons aux règles est en fait due au mélange de sang oxydé (sang hors du corps) avec ces parfums.

ZÉRO DÉCHET ET SANS PLASTIQUE = ALTERNATIVES DURABLES

Ces dernières années, de plus en plus de marques ont développé des alternatives saines et durables aux produits menstruels jetables. Les coupes menstruelles et les serviettes lavables gagnent en popularité pour leurs avantages environnementaux et sanitaires. Avec une durée de vie de 5 à 10 ans, les produits menstruels réutilisables représentent une véritable solution pour réduire les déchets liés aux menstruations et aux plastiques à usage unique. Conçus pour durer longtemps, ils réduisent l’utilisation des ressources et sont moins susceptibles d’être jetés dans les toilettes ou abandonnés dans la nature.

De par leur composition, les alternatives réutilisables sont généralement plus saines aussi. Les serviettes et sous-vêtements lavables fabriqués à partir de fibres naturelles (coton, chanvre, soie), et certifiés biologiques (certification GOTS ou OEKO-TEX), garantissant l’absence de substances indésirables pour la santé et pour la peau et réduisent les risques de contamination pour les utilisateurs. 

Il est important de promouvoir une bonne gestion de l’hygiène menstruelle au niveau mondial et de déstigmatiser les fonctions corporelles naturelles des femmes qui ont leurs règles. En outre, la pratique d’une période sans plastique peut aider à la fois le corps et la planète ! Essayez d’utiliser une coupe menstruelle, des serviettes lavables, des applicateurs réutilisables ou des sous-vêtements menstruels pendant votre cycle. 

City to Sea Campaign

Sources: 

https://www.citytosea.org.uk/campaign/plastic-free-periods/

https://www.giz.de/en/downloads/Sanitation%20for%20Millions’%20Approach%20towards%20Menstrual%20Waster%20Management.pdf https://www.zerowastefrance.org/en/project/zero-waste-for-menstruations/

Nous aimerions entendre vos pensées