L’évolution de la mode á Paris – SANNA Conscious Concept

L’évolution de la mode à Paris est une histoire pas comme les autres. La mode parisienne et la haute couture ont commencé il y a des siècles et nous en rêvons encore. Cette industrie du velours, de la soie, des décolletés et des silhouettes a capté l’attention du monde entier pendant des centaines d’années et a évolué pour avoir un impact sur presque chaque personne sur la planète. Nous portons tous des vêtements ; nous suivons les tendances et nous nous tournons vers les célébrités et les défilés pour trouver les dernières inspirations. Mais notre relation avec les vêtements et la mode n’a pas toujours été ainsi (seulement depuis 400 ans environ !) Pour comprendre la mode moderne, il faut remonter dans le temps. L’histoire commence réellement au cœur de Paris dans les années 1600.

 

 

1600-1700

Les artistes ont toujours aimé dépeindre la mode parisienne dans des dessins, des peintures et des journaux. Louis XIV et Marie-Antoinette sont deux personnages historiques qui ont joué un rôle important dans la mode française. On peut dire qu’ils sont les deux personnes qui ont apporté l’industrie de la mode à Paris. Louis XIV et Marie-Antoinette accordaient tous deux beaucoup d’importance à l’expression extérieure de leur richesse et de leur statut royal en utilisant les vêtements comme outil de communication non verbale. 

 Les pièces de vêtement les plus détaillées et les plus élaborées étaient fabriquées pour eux, et pendant leur règne, l’industrie textile a évolué de manière significative à Paris pour répondre à leurs souhaits. En raison de la nature grandiose de chacun de leurs goûts, les artistes affluaient pour capturer leurs chefs-d’œuvre en tissu et tenter de les recréer dans une peinture ou un dessin. Ceux-ci étaient ensuite souvent envoyés dans d’autres endroits du pays et, en raison de leur extravagance et de leur indéniable sens du style, les reproductions étaient bientôt envoyées dans toute l’Europe, attirant lentement tous les regards vers la France pour s’inspirer de leur garde-robe.

 

  

 

1800-1900

Louis XIV, Marie-Antoinette et leurs tableaux sont l’équivalent de nos célébrités et de nos défilés modernes. C’est l’un des premiers exemples où les masses se tournent vers une minorité, qui appartient souvent à une classe ou à un statut social différent, pour savoir quoi mettre sur nos corps. On peut dire que c’est toujours le cas aujourd’hui, les vêtements sont simplement plus accessibles, et ce grâce à Charles Frederick Worth, considéré comme “l’inventeur de la haute couture”. 

Expatrié britannique, il a installé son studio à Paris, attiré, comme nous tous, par le centre créatif de la mode. Il s’est spécialisé dans la création de robes sur mesure, uniques pour chaque femme. Ce rôle exclusif de couturier et de tailleur n’était accessible qu’à un petit nombre de personnes et est devenu extrêmement recherché. Worth a changé l’industrie de la mode de trois façons majeures :  

  1. Il a créé l’idée d’une “marque” en étant le premier à apposer ses propres étiquettes sur les vêtements qu’il vendait. 
  2. Il a créé les changements de “saisons” de la mode (la source de notre “besoin” d’acheter plus de vêtements).
  3. Il a inventé le concept de vendre la même robe dans différentes tailles, ce qui a conduit à une augmentation de la production globale. 

 Et c’est ainsi qu’est née une industrie de la mode plus démocratisée.

 

  

 

De 2000 à aujourd’hui

La disponibilité de vêtements de différentes tailles et options a donné naissance aux grands magasins ; les petites boutiques et les magasins de tissus n’étaient plus assez grands pour faire face à l’augmentation soudaine des options disponibles. Les grands magasins n’existent que depuis une centaine d’années, mais ils ont eu un effet boule de neige sur l’industrie de la mode et les habitudes de consommation des consommateurs en introduisant l’idée du “shopping pour le plaisir”. 

De ce fait, la surconsommation est montée en flèche. Nous achetons parce que nous le pouvons, parce que les vêtements sont là et parce que les tendances changent sans cesse et que nous devons les suivre. C’est nous qui avons construit cette structure et c’est nous qui avons du mal à suivre. Nous franchissons la ligne de l’hyper démocratisation, nous poussons et faisons évoluer une industrie qui a du mal à suivre… et l’exploitation suit inévitablement.

 

 

Paris est le berceau de cette industrie follement romantique et problématique que nous aimons tous détester ; elle est toujours considérée comme une des  capitales mondiales de la mode, mais elle sera toujours le cœur de la mode, et cela ne changera jamais. Mais ce qui devrait changer, c’est notre relation et notre perception des vêtements eux-mêmes. Tirons les leçons du passé afin de construire un meilleur avenir pour cette industrie vitale.

 

 

Nous aimerions entendre vos pensées