Les dessous de l’effondrement du Rana Plaza en 2013 – SANNA Conscious Concept

Le 24 avril 2013, dans la banlieue de Dhaka, au Bangladesh, le Rana Plaza, un immeuble de 8 étages abritant 6 usines textiles s’est effondré, causant la mort de 1 138 ouvriers et blessant plus de 2 000 personnes. Cette tragédie est le plus grand accident industriel de notre époque. De nombreux survivants sont restés coincés sous des tonnes de gravats et de machines pendant des heures, voire des jours, avant de pouvoir être secourus, parfois seulement en amputant des membres.

 

 

Le Bangladesh est un pays de 125 millions d’habitants dont l’économie repose essentiellement sur l’industrie textile, qui produit principalement des vêtements et des chaussures pour les marques occidentales. Cette industrie emploie environ 4 millions de personnes, dont 90% de femmes, qui ne gagnent que 95 USD par mois pour fabriquer des vêtements pour des marques de mode mondiales. Cette tragédie est symptomatique des conditions de travail pénibles et des mauvaises conditions de sécurité dans l’industrie de l’habillement et de la chaussure dans le monde entier. Voici un aperçu des événements et des détails qui ont causé cette tragédie :

 

Conditions de travail dangereuses

Selon le ministre bangladais de l’Intérieur, trois des huit étages du Rana Plaza avaient été construits illégalement ; le neuvième était en cours de construction. Le bâtiment abritait des banques et des magasins, ainsi que cinq ateliers de fabrication de textiles produisant pour de grandes marques internationales. Bien que les ouvriers aient signalé avant l’effondrement que des fissures apparaissaient sur les murs, la direction leur a ordonné de continuer à travailler dans le bâtiment. Lorsque le bâtiment s’est finalement effondré le 24 avril 2013, il était trop tard pour sauver nombre d’entre eux.

À l’origine, le bâtiment ne devait être qu’un espace social, mais son propriétaire a décidé d’ajouter des étages supplémentaires au bâtiment de cinq étages déjà existant. Les plans pour les étages supplémentaires n’ont jamais été approuvés, mais la construction a tout de même avancé. Les 6e, 7e et 8e étages ont été ajoutés et les usines ont rapidement emménagé. Un 9e étage était également en cours de construction au moment de l’effondrement, mais aucun n’avait été officiellement autorisé pour la sécurité du bâtiment. En raison de ce manque de jugement et de ce mépris pour la sécurité des travailleurs, les fondations de l’ensemble du bâtiment ont subi des dommages structurels extrêmes, qui se sont finalement révélés mortels. Les enquêteurs ont découvert qu’il avait été demandé aux ouvriers d’entrer dans le bâtiment le jour de l’effondrement, même s’ils ne le souhaitaient pas, car des fissures étaient apparues dans le bâtiment la veille.

 

Pression et attentes internationales

L’objectif capitaliste des marques occidentales est de vendre des vêtements à bas prix. Pour ce faire, elles ont recours à l’externalisation, qui permet à la marque d’être autonome au niveau de la chaîne d’approvisionnement impliquée dans la production des vêtements.

Voici ce qui se passe : une marque dispose d’un conseil d’administration qui se préoccupe principalement des rapports trimestriels et des revenus les plus élevés possibles. S’ils avaient leur propre usine, avec des salaires et des charges à assumer, cela réduirait considérablement le montant des revenus indiqués. Par conséquent, ils décident d’éliminer complètement la production de l’équation et de sous-traiter le travail. Aujourd’hui, la main-d’œuvre la moins chère se trouve dans les pays en développement, qui dépendent des revenus générés par l’industrie. Les gouvernements de ces pays en développement ne fixent pas de normes en matière de conditions de travail, car ils ne veulent pas que la marque délocalise ses activités dans un autre pays.

Les usines de confection acceptent souvent le plus de travail possible afin de générer plus de revenus pour elles-mêmes (les travailleurs ne voient presque jamais d’augmentation de salaire). C’est pourquoi il y a des commandes qu’une seule usine ne peut tout simplement pas honorer. Ainsi, une usine sous-traite tout ou partie d’une commande à une autre usine, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la commande puisse être exécutée. C’est ainsi qu’une commande de H&M, ou de toute autre marque internationale, peut être réalisée par plus de 10 usines. Par conséquent, il n’y a absolument aucun moyen pour la marque d’avoir la transparence sur la façon dont sa commande a été faite.

L’externalisation est un effet secondaire de la pression générale que la société exerce sur l’industrie textile, qui exige constamment de nouvelles tendances, de nouvelles collections et de nouveaux produits, presque tous les jours. Ce sont les travailleurs dans les usines qui paient pour cela. La principale solution pour lutter contre ce phénomène, en plus d’une réglementation intense en matière de construction et de droits des travailleurs, est que la société change son attitude et ses habitudes de consommation à l’égard des vêtements et des textiles. Une réduction drastique de la consommation de vêtements en général apportera le changement le plus immédiat à ce problème. La sensibilisation et la défense des droits des travailleurs eux-mêmes sont également impératives.

 

Qu’est-il arrivé aux victimes ?

Après cette tragédie, il a fallu beaucoup de temps pour dresser la liste des victimes, première étape vers le versement des indemnités. Les survivants et les familles des victimes ont rencontré de nombreuses difficultés, ne serait-ce que pour prouver qu’ils travaillaient bien au Rana Plaza. Les documents demandés avaient été perdus dans les décombres ou n’existaient tout simplement pas. Sans certificat de décès, les familles des personnes disparues dans l’effondrement ne pouvaient pas prétendre à une aide financière. Une grande partie des victimes sont désormais incapables de travailler en raison de blessures physiques ou de traumatismes. De nombreux survivants et familles de victimes se trouvent encore aujourd’hui dans une situation financière critique suite à la tragédie, malgré la négociation d’un accord d’indemnisation.

Plus de six mois après l’effondrement, un accord réglementant l’indemnisation des frais médicaux et des pertes de revenus des victimes a été adopté. Un nombre important d’entreprises qui produisaient dans ce bâtiment dangereux au moment de l’effondrement ont rejeté leur responsabilité dans les conditions de travail désastreuses. En refusant de contribuer financièrement à l’indemnisation des victimes, elles les ont privées de leur droit à une réparation juste et suffisante. Il a finalement fallu plus de deux ans et une forte pression publique pour réunir les 30 millions de dollars nécessaires à l’indemnisation des personnes touchées.

Les autorités bangladaises prévoyaient de porter plainte pour meurtre contre des dizaines de personnes responsables de l’effondrement, dont le propriétaire de l’immeuble du Rana Plaza.

Et maintenant ?

Certaines réglementations en matière de sécurité dans les usines ont été adoptées depuis cet événement historique, mais les choses ne peuvent s’arrêter là ; nous devons continuer à tenir les marques et les usines responsables de leur production et à garantir la santé et la sécurité de tous les travailleurs des usines. L’effondrement de l’usine du Rana Plaza a été le point culminant de la terreur causée par cette chaîne d’externalisation mondiale sans transparence, et a finalement coûté la vie à des milliers de personnes pour attirer l’attention d’un public mondial. Aucune marque ne pouvait assumer l’entière responsabilité de la production au Rana Plaza, car elles ne le savaient pas elles-mêmes. Des étiquettes de vêtements de United Colors of Benetton, Mango, H&M, KiK, Primark, M&S, C&A, Walmart, Gap et bien d’autres ont été retrouvées dans les décombres.

À l’heure où la mode durable est à la mode et où les consommateurs se préoccupent de plus en plus des matériaux qu’ils portent et de leur empreinte écologique, cet événement tragique nous rappelle qu’il est vital de se tourner vers une industrie de la mode où l’éthique est la première étape. Une industrie de la mode qui respecte les droits de l’homme et où chaque employé bénéficie de conditions de travail décentes et sûres doit être le minimum. Comment pouvons-nous avoir une mode durable si les femmes et les hommes qui la créent ne sont pas pris en charge dans le processus ?

Le concept conscient de SANNA est une plateforme dédiée au partage des récits derrière des marques authentiquement éthiques du monde entier, afin que nous puissions choisir de soutenir des modèles commerciaux réellement durables avec notre pouvoir d’achat, en espérant mettre fin à l’industrie de la mode capitaliste.

 

Sources:
https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/vetements/sante-et-securite-au-travail/securite-des-batiments/rana-plaza
https://www.dw.com/en/murder-charges-for-2013-bangladesh-rana-plaza-building-collapse/a-18489309

Nous aimerions entendre vos pensées

Select your currency
EUR Euro